La peur d’entreprendre

Aujourd’hui et de manière subite j’ai eu l’envie d’écrire, de vous parler. Une journée off, un après-midi à la maison, en terrasse avec le soleil qui brille de mille feux. Une sorte de bonheur sans nom que j’ai attendu des jours et des jours afin de pouvoir remplir ma jauge de Vitamine D. Un petit thé frais, une salade de fruit, chien chien à mes pieds et une notification qui m’annonce un nouveau mail. Je clic, je lis. Je survole l’internet, je me balade, de page en page et mon cerveau s’occupe du reste. Ce cerveau qui te balance des idées les unes après les autres, ce cerveau créatif, qui ne cesse de vouloir que tu agisses, que tu fasses quelque chose de tes idées farfelues. Une journée parfaite à priori. Mais pas tant que ça.

A un moment donnée dans ma vie, comme tout être humain, j’ai eu des idées, des opportunités, des petits projets sur lesquels je me suis investi. J’ai changé de voie, pris le risque de tout recommencer. Je me suis réorientée vers un domaine plus difficile, qui me demande et me demandera encore beaucoup de temps, de rigueur. Alors que j’avais réussi mes projets précédents, je n’avais qu’à suivre le chemin que je m’étais déjà frayé. Mais j’ai le goût du risque.

Aujourd’hui et de manière subite j’ai eu le ventre serré, le coeur qui bat trop vite, et l’envie d’arrêter le temps pour quelques heures. Comme à chaque pas que je fais en avant ou chaque changement qui s’opère dans ma vie je passe par une phase étrange qui me fait perdre tout mes moyens. Cette phase où j’ai pris trop de temps pour réfléchir. Tu sais, celle où tu te pose toutes les questions anxiogènes du monde : pourquoi j’ai eu cette idée? Est-ce que ça me plait tant que ça? Pourquoi personne ne m’en a empêché? Est-ce que j’ai un cerveau de moins que rien? Un cerveau de nulle? Est-ce que je ne vais jamais arriver à rien dans ma vie? Et s’en suit un tas d’affirmations les plus pénibles les unes que les autres : Je n’en suis pas capable. J’ai peur. Je vais échouer. Si j’échoue, que vont penser les autres? Pour les autres c’est facile, et moi je suis toujours entrain de douter. Je suis nulle. J’ai peur. J’ai super peur.

 Une détresse interne, intense, qui bien souvent ne fait que passer mais qui revient parfois.

Aujourd’hui si j’écris c’est parce que ce matin j’ai vécu un de ces moments là. Un instant de doute extrême qui me coupe dans mon élan. Je me suis dit que j’allais l’écrire et que peut-être j’arriverais à mieux le gérer.

La peur d’entreprendre m’habite mais l’envie d’entreprendre demeure. Le dilemme parfait, capable de réduire en miette une bonne humeur et un moral d’acier. J’ai, en moi, ce truc qui me pousse toujours à vouloir faire un pas en avant, à aller dans des directions inconnues. J’ai cette force de caractère qui fait de moi quelqu’un de déterminée et entreprenant. De l’autre côté, j’ai quelque chose qui me ralenti dans ma course, qui m’empêche de vivre le truc à 100%. Alors certes, dans tout ce que l’on entreprend, il y a des choses qui foirent, qui n’aboutissent pas, il y a des obstacles, que l’on franchit, ou pas. Mais il y a aussi la peur et le manque de confiance en soi.

Parfois ce n’est pas qu’une question de détermination, de motivation. Bien souvent on se fait blâmer parce que l’on parait trop timide face aux initiatives mais le vrai problème ce n’est pas le manque d’intérêt que l’on porte au projet. C’est la peur de mal faire, de ne pas réussir. Avoir un caractère de leader, de manager ou je ne sais quoi, ce n’est pas donné à tout le monde. Il y en a pour qui tout tombe tout cuit dans la bouche (et tant mieux pour ces chanceux) et pour d’autres c’est plus difficile, cela demande plus d’énergie, plus de concessions face à soi-même. Certains ont besoin d’un coup de pied au cul et d’autres ont tout simplement besoin d’un peu de reconnaissance, de confiance.

On se demande souvent si l’on est « normal », si telle ou telle chose est vraiment faite pour nous, si on a le droit de réussir. Et même si ce sont des questionnements tous plus bêtes les uns que les autres, ils entrent, à un moment donné, en contact avec notre nous. Aujourd’hui j’écris pour tout ceux qui, comme moi, ont PEUR. Peur d’avancer, d’entreprendre. Non, une pensée positive par jour ne suffit pas toujours. Non, nous ne sommes pas des robots sans peur ni appréhension. Et vous savez quoi ? Ce n’est pas grave ! Non seulement ça prouve que l’on est assez intelligent pour ce remettre en question mais en plus qu’on est assez fort pour repartir du bon pied. Et tanpis si demain ça recommence, si vous avez encore envie d’abandonner. Vous en ressortirez grandit, avec un pas de plus fait avec force et ferveur.

Au fond la peur c’est quoi? La peur du changement? La peur de ce qu’implique ce changement? La peur d’avancer, de l’avenir? La peur d’être jugé? La peur de devoir recommencer?

Que ce soit la peur d’élever un enfant, la peur de se lancer dans une activité, la peur de ne pas réussir un examen, etc, sachez que quoi qu’il arrive, échec ou réussite, dans une semaine, un mois, un an, dix ans cette épreuve sera loin derrière vous et vous aurez telllllllement évolué. Vous aurez fait face à bien d’autres difficultés et réussi bien d’autres entreprises. Vous n’avez pas le temps de douter. Pendant que vous vous arrêter pour pleurer, la vie court à grande vitesse. Vous êtes un petit chat qui retombera toujours sur ses pattes. Des pattes souples et solides, prête à supporter le poids lourds de vos peurs passagères. Ecrivez vos objectifs, écrivez tout ce que vous voulez de positif et revenez y quand vous en avez besoin. Assouvissez votre soif d’entreprendre, construisez vous jour après jour tout en étant raisonné et lucide. Si ça foire ? Rappelez-vous CE N’EST PAS GRAVE.

Tendrement,

Siana ♥

Posts created 21

5 commentaires pour “La peur d’entreprendre

    1. Je pense que c’est humain d’avoir peur. Il suffit d’avoir le courage de se lancer. Je pourrais te dire que le permis c’est pas si difficile que ça mais une fois qu’on la c’est trop facile… Je t’avoue qu’à l’époque j’étais très anxieuse. Je l’ai même raté une fois. Et tu vois aujourd’hui, même si j’ai échouer une fois, la fois d’après j’ai réussi… Je te souhaite de te lancer, ça changera ta vie et tu te prouvera à toi même que tu peux le faire 🙂
      Bisous !

  1. Coucou ma belle!
    Très bel article ! Je me retrouve parfaitement dans ce que tu as écris et je suis entièrement d’accord avec toi… C’est vrai que ce n’est pas toujours simple mais il faut continuer d’avancer !
    Bonne continuation à toi et bon courage ! ☺

    1. Effectivement, la vie est faite d’un tas d’obstacles et il faut les franchir pour prétendre à des moments plus heureux! C’est comme ça!
      Je te fais de gros bisous Laura !

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut