Savoir ce que l’on mange


Le lait, la viande et tous les autres produits industriels font l’objet, depuis quelques années, de multiples discussions. Des discussions parfois houleuses, des discussions tranchées, ça c’est bien, ça c’est mal. Pendant que toi tu consommes tel ou tel aliment, d’autres se l’interdisent, s’en débarrassent, prennent la décision que c’est mieux pour leur corps, mieux pour leur âme, mieux pour leur conscience. Et pendant que toi tu refuses de manger tel ou tel aliment, d’autres se font un plaisir fou à les ingérer. Les sujets qui fâchent et/ou qui alimentent des débats font le tour d’à peu près tout les lieux sociaux. Quand certains passent des heures aux rayons bio, fruits et légumes ou encore végétariens, d’autres passent du temps à choisir quels plats cuisinés ou quel chocolat ils vont bien pouvoir manger pour se faire plaisir.

Plongés dans un vacarme nutritionnel, on peut parfois se sentir perdu, nul, responsable, coupable… On devient adepte du tout ou rien et on ne laisse pas la place à l’exception, aux changements lents. Il faut, soit, être, soit ne pas être. Tu es végétarien ou tu ne l’es pas. Tu manges de la viande ou tu n’en manges pas (ça marche aussi avec le lait, le gluten, le poisson, les oeufs, les produits industriels, le gras, le sucre, ta mère, ton père, ton frère………).

Un jour je suis tombée sur des choses que je n’aurais pas dû voir, des photos de poulets en cage, de bovins en abattoir… Ces photos m’ont gênées, embarrassées, je n’étais pas d’accord avec ce que je voyais, pas du tout même, pourtant j’avais toujours consommé. Pourtant je consomme encore aujourd’hui. Bien moins souvent, mais je consomme.

En France, la prise de conscience du « manger sain » est bien présente. Prise de conscience ou Suivre la tendance, appelez ça comme vous voulez. Tout tend à être de plus en plus bon pour la santé, allégé en sucre, en sel, on a des marchés de producteurs presque partout et de nouveaux rayons sont apparus dans les supermarchés. Les produits végétariens font même leur entrée chez les plus grands. On a accès à de très bons produits. Manger de la « merde » dérange, pourtant tout le monde à déjà été tenté par la pizza 4 fromages Sodebo (Sodebo je t’aime parfois). On aime la rapidité, le goût des industriels, la praticité. On aime tout ça, on y est attaché. Le sandwich triangle au pain de mie est presque mythique. C’est ancré dans les moeurs. Mais surtout ça rapporte gros.

On a tous le droit de manger ce que l’on veut, de choisir ce qui nous fait du bien, ce qui nous plait. Santé ou pas, on a le droit. Mais on a surtout le droit de SAVOIR ce que l’on mange. Le droit à l’information.

Ce qui va suivre n’est absolument pas là pour culpabiliser, mais pour remettre nos idées en place et surtout pour SAVOIR.

Un poulet industriel est élevé 32 jours dans un hangar, et bien entendu il n’est pas seul au mètre carré. Il ne voit jamais la lumière du jour, personne ne le sort pour qu’il fasse ses besoins. Donc, cela va de soi qu’il fait là où il mange, la où il vit 24h/24. Et bien évidemment, qu’est ce qu’on fait pour éviter la prolifération des bactéries et des maladies ? On balance des antibiotiques.

Le lait animal, par exemple le lait de vache (qui est inséminée constamment, pour qu’elle puisse produire sans cesse, et pour qu’elle soit rentable. Sans oublier qu’à force d’être sollicitée elle développe aussi des maladies et devinez la suite……..antibiotiques) est destiné à la base de la base à son veau. Il contient des facteurs de croissance pour faire grandir le veau (qui grandit 5X plus vite que l’être humain). Si au delà de ces 3 ans l’Homme en consomme trop, il risque de se retrouver à 50 ans avec une prostate de veau. C’est aussi simple que ça. Sans parler du fait qu’on le digère très mal, à cause du lactose qu’il contient. Il est, de plus, très acide, et notre corps utilise donc une grande quantité de sels minéraux et puise dans les réserves pour pallier à cette acidité et rendre le corps plus alcalin. Sauf que, problème. Les sels minéraux, pendant ce temps, auraient pu aussi servir à solidifier les os. Et dernière petite info, certes le lait est très riche en calcium mais on n’en synthétise que 25% contre 75% pour le calcium végétal. Tout ceci ce sont des faits. Je n’invente rien, et en aucun cas je ne cherche à faire la morale à qui que se soit. Chacun est libre de boire du lait à sa convenance.

Mais alors pourquoi on ne nous met pas plus en garde ? Pourquoi on continu à nous dire que le caca c’est délicieux ?

Je suis sure que vous avez déjà la réponse.

L’industrie agroalimentaire est le premier secteur industriel français. Imaginez un monde sans nourriture animale, sans nourriture industrielle. Vous mettez 400.000 personnes aux chômages. C’est du lourd, c’est puissant. Cette industrie finance des lobbyistes. C’est quoi des lobbyistes ? Grossièrement, ce sont des gens, des groupes de pression qui vont influencer les médias et les politiques. C’est très simple. Le lobby industriel rappel aux hommes politiques qu’ils doivent prendre en compte l’importance des entreprises avant de prendre des décisions. On constate aussi que certains experts scientifiques, à qui on voue une entière confiance, sont en étroites relations avec les industries (surtout laitières d’ailleurs, Nestle, Danone, Yoplait…). Bref une histoire de sous.

Quand les nutritionnistes vous disent « les produits laitiers sont nos amis pour la vie » y’a conflits d’intérêts. C’est scientifique, c’est prouvé : à trop forte dose, les produits laitiers ne sont pas bons pour la santé. Alors pourquoi un diététicien recommande 3 produits laitiers par jour ? On arrive même à nous faire croire que consommer aucune protéines animales va nous amener des carences. Alors qu’aujourd’hui on sait qu’il existe des tas de sources de protéines autres qu’animale.

Je ne parle pas des milliers de producteurs, d’éleveurs qui sont au centre de la question. Ceux qui vivent de la vente de leur lait, de leur viande. Pourquoi ne pas se concentrer sur une alimentation plus réfléchie, raisonnée ? Acheter, de temps en temps, un poulet à la petite ferme du village qui n’aura pas connu la vie atroce des poulets industriels. Acheter quelques litres de lait à la ferme du coin et le faire bouillir pour tuer les facteurs de croissance contrairement à la stérilisation UHT : (stérilisation express qui tue seulement les bactéries). Consommer bio et local ne serait-il pas plus bénéfique pour les petits commerçants/artisans/producteurs ? Ne serait-il pas plus raisonnable vis à vis de notre santé ? Certes, cela à un coût, mais demandez vous pourquoi ? Vendre de la mauvaise qualité coute bien moins cher non ? Se contenter d’un peu moins de viande mais de meilleure qualité est, SELON MOI, une bonne alternative. Je ne dis en aucun cas qu’il ne faut plus manger de viande ni de produits laitiers, mais j’invite à la faire de façon plus intelligente.

Aujourd’hui on a des infos très contradictoires, les publicitaires veulent vous faire acheter, et la plupart du temps ça fonctionne très bien. Ce n’est pas parce que tel ou tel produit passe à la télé qu’il est de bonne qualité, ce n’est pas parce qu’un bloggeur vous dit qu’il faut manger les pépites de chocolat de telle marque parce qu’elles sont sans sucre, qu’il faut les manger. Une pépite de chocolat sans sucre est transformée et bourrée d’édulcorants, très dégeu pour la santé. Du vrai chocolat c’est bien meilleur, même avec du vrai sucre. L’essentiel c’est de s’écouter, de se faire du bien. Et si un jour vous avez envie d’une pizza surgelé mangez la. Je pense qu’il faut se faire sa propre alimentation, qui convient à soi même et ne surtout pas tomber dans les extrêmes.

Amis végétariens, végétaliens, carnivores, herbivores, pescariens, omnivores…… sachez que personne n’a le droit de juger personne. Faites ce qui vous semble le mieux et surtout faites vous plaisir !

Je serais ravis d’échanger avec vous sur ce sujet qui me passionne, n’hésitez pas à laisser votre petit commentaire.

Tendrement,

Siana ♥

Un petit mot ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *